Révision Brevet Blanc 2016

Voici quelques sites pour réviser le brevet

digischoollogo


Mme KAUSHIK, professeur de français présente des fiche méthodologiques pour bien réviser le brevet du français.

Fiche méthode : traiter un sujet de brevet de français

Remarque générale : Bien présenter sa copie est important ! Une copie propre, aérée, bien lisible, disposera favorablement votre correcteur.
Les copies d’examen qui vous sont distribuées ont de petits carreaux : si vous écrivez gros et/ou avec un stylo épais, écrivez une ligne sur deux.

Première partie : questions, réécriture, dictée

  • Les questions sur le texte
  • Lire le texte et le paratexte

Commencez par lire le paratexte, ce qui diminuera les risques de faire une première lecture erronée du texte (il est ensuite difficile de modifier cette première impression).

  • L’introduction à l’extrait (s’il y en a une) :
  • elle donne des informations importantes sur le contexte (lieu, époque, personnages, situation, etc.) ;
  • elle précise parfois le type de texte auquel vous avez affaire (« Dans cette pièce/ce poème en prose/cet article/ce récit autobiographique, etc. ») 

Attention, cette introduction, en italique, a été écrite par la personne qui a composé le sujet, pas par l’auteur de l’extrait littéraire.

  • Le titre de l’extrait (s’il y en a un) : il vous donne le thème, le sujet de l’extrait.

Lisez ensuite le texte une première fois pour en comprendre le sens général. N’allez pas trop vite : cette lecture est très importante pour bien comprendre la suite.

À la fin de cette lecture, vous devez être capable de répondre mentalement à ces questions essentielles :

  • Où et quand se passent les événements (le cadre spatio-temporel) ?
  • Qui sont les personnages ? Quelles sont les relations entre eux ?
  • Que font-ils et/ou que leur arrive-t-il ?
  • Y a-t-il un narrateur ? Si oui, à quelle personne est faite la narration (première ou troisième personne) ? Peut-on identifier qui est le narrateur ?
  • Le texte est-il une description, un récit, un texte argumentatif, une combinaison de plusieurs types, etc. ?
  • Est-il écrit sous forme de dialogue théâtral, de lettre, de poème, de récit, d’article de journal, etc. ?

 Lire le questionnaire

Lisez le questionnaire en entier, attentivement, afin de comprendre la logique d’enchaînement des questions. Vous avez souvent tendance à répondre à une question avant d’avoir lu les suivantes, mais en procédant ainsi, vous risquez :
– de comprendre la question de travers (une question s’inscrit dans une partie de questionnaire, qui s’inscrit à son tour dans la progression générale du questionnaire) ;
– de vous rendre compte (trop tard…) que vous avez répondu à une question qui vous est posée plus loin.

Puis relisez les titres des parties du questionnaire, pour bien avoir en tête le parcours de lecture proposé.

Enfin, lisez le barème pour repérer les questions qui valent le plus de points. Si elles sont à la fin (ce qui est généralement le cas), prévoyez de garder assez de temps pour y répondre : ce sont les plus difficiles et celles qui prennent le plus de temps.

Relire le texte

Relisez le texte en entier, avec un crayon à papier à la main, en repérant :

  • L’organisation générale du texte :
    • Quelles sont les différentes parties qui composent le texte ? Délimitez-les au crayon à papier ;
    • Sur quoi portent-elles ? Mettez des titres dans la marge ;
    • Comment sont-elles reliées entre elles ? Encadrez les connecteurs ;
  • Les principaux champs lexicaux ? Soulignez-les de couleurs différentes ;
  • Les principaux élémentsqui vont vous être utiles pour répondre aux questions.

Remarque : Ce travail préparatoire vous paraît peut-être long, mais il vous fera gagner du temps sur la suite et vous permettra de formuler des réponses précises et pertinentes.

 Répondre aux questions

Les questions portent sur la compréhension et l’interprétation du texte, mais aussi sur la grammaire, le vocabulaire, l’orthographe et la conjugaison.

Vos réponses doivent être entièrement rédigées ! Sachez que le fait de ne pas rédiger vos réponses est sanctionné dans la note.

  • Répondez par une phrase complète:
  • ne commencez pas par Car…, ou Parce que…
  • ne répondez jamais simplement par ouiou non, c’est comme si vous ne répondiez rien… Ce qui importe, c’est la justification.
  • Reprenez les termes de la question: vos réponses doivent être compréhensibles par quelqu’un qui n’aurait pas lu la question. Cela évite à votre correcteur de se reporter à chaque fois au sujet pour savoir à quelle question vous répondez.

Justifiez toujours vos réponses en citant le texte, même quand cela ne vous est pas explicitement demandé dans la consigne. Vous apportez ainsi une preuve à ce que vous avancez.

  • Les citations sont mises entre guillemets, et sont suivies du ou des numéro(s) de ligne(s) entre parenthèses.
  • Selon ce que vous voulez mettre en évidence, vous pouvez citer un mot, un groupe de mots, ou une phrase entière.
  • Attention aux citations trop longues, dans lesquelles on ne comprend pas ce que vous avez voulu souligner. Ne citez que ce qui vous sert à appuyer votre réponse ; si vous voulez mettre en valeur des mots dans une phrase, soulignez-les.
  • Lorsque vous relevez un champ lexical, chacun des mots doit être mis entre guillemets.
  • Quand vous citez une phrase, ne vous contentez pas de mettre le premier mot et le dernier mot, séparés par des points de suspension. Vous pouvez couper la phrase en question (en mettant le signe « […] »), mais il faut que la phrase garde un sens.

Exemple : « Michel […] sembla très touché. (l. 7) » et non « Michel […] touché.»

  • Les citations ne remplacent pas les explications, elles viennent les appuyer.

Ainsi, la structure attendue d’une réponse est :

Reprise de la question,                                        Réponse en elle-même                 Justification par une citation du texte.

Répondez aux questions dans l’ordre :

  • Le questionnaire est organisé selon une progression qui va du plus simple au plus complexe, et qui vise à vous faire comprendre progressivement le texte.
  • Il est assez pénible pour le correcteur d’avoir à corriger les questions dans le désordre, justement parce qu’il n’y a plus de logique de progression. Évitez donc de le mettre de mauvaise humeur…


Remarque :
 Si vous ne comprenez pas bien une question, sautez quelques lignes (calculez le nombre de lignes en fonction du barème de la question) et passez à la suivante. Vous y reviendrez en fin de questionnaire, voire après l’exercice de réécriture (pour ne pas faire ce dernier dans la précipitation).
Et si, à ce moment-là, vous n’êtes toujours pas certain(e) de bien comprendre ce que l’on vous demande, n’hésitez pas à proposer quand même la réponse qui vous semble la plus pertinente, plutôt que de ne rien mettre.

Notez bien les titres des parties et les numéros des questions, ainsi que les subdivisions – a) … , b) … , c) … – s’il y en a, et sautez une ligne entre chaque question, afin que votre copie soit claire et facile à lire.

Remarque : 
Les titres des parties peuvent vous guider dans vos réponses. Elles vous annoncent le thème ou l’aspect du texte traité dans les questions de cette partie.

Soyez attentif(ve) au barème : une question sur 0,25 point ne nécessite pas une réponse d’une page (ce qui, une fois encore, ne veut pas dire que vous pouvez répondre sans faire une phrase complète !). En revanche, pour une question portant sur 2 points (ce qui est beaucoup, le questionnaire étant sur 15 points), on attend de vous une réponse développée, détaillée, approfondie.

Enfin, voici quelques notions à bien connaître car elles reviennent souvent dans les questions (attention, cela ne veut bien évidemment pas dire que l’on ne peut pas vous interroger sur autre chose…).
En vocabulaire

  • synonyme, antonyme, homonyme, homophone
  • dérivation et composition ;
  • formation des mots : radical, préfixe et suffixe ;
  • champ lexical et champ sémantique ;
  • vocabulaire de la poésie : alexandrin, tercet, rime embrassée, rime suffisante, figures de style (comparaison, métaphore, personnification, etc.) (voir glossaire).

 

  • En grammaire
  • types et formes de phrases
  • classes grammaticales (ou natures)/fonctions ;
  • expansions du nom
  • juxtaposition, coordination, subordination
  • proposition relative, complétive, circonstancielle, conjonctive ; antécédent rapport logique – cause/conséquence, opposition, concession, etc
  • modes et temps verbaux, valeur des temps
  • discours direct et discours indirect
  • point de vue interne, externe, et omniscient

 


Deuxième partie : questions, réécriture

L’exercice de réécriture
Gardez au moins dix minutes pour faire cet exercice. Si vous prenez le temps de le faire posément, en étant concentré(e) et méthodique, il peut facilement vous rapporter des points.
Il s’agit de modifier un ou des extrait(s) du texte étudié en fonction de consignes précises. Les transformations demandées permettent de vérifier vos connaissances en orthographe, conjugaison et grammaire.
Certains types de transformations reviennent très souvent (mais cette liste n’est pas restrictive) :

  • Changer de temps verbal(notamment, passer d’un temps simple à un temps composé, ce qui permet de vérifier que vous maîtrisez les accords du participe passé). Vérifiez alors :
  • que vous utilisez le temps demandé !
  • que vous appliquez bien la concordance des temps.Un verbe au passé composé dans un texte au présent sera par exemple au plus-que-parfait dans un texte au passé composé ;
  • la terminaison des verbes conjugués ;
  • l’accord des participes passés, dans le cas de verbes conjugués à un temps composé.

 

  • Changer de personne. Dans ce cas, vérifiez :
  • ce que cela implique (mettre le texte au féminin, au pluriel) ;
  • l’accord des déterminants, adjectifs, verbes ;
  • les changements de pronoms (Je lui parleIl me parle) ;
  • les participes passés.

 

  • Passer du style direct au style indirect, ou l’inverse. Il faut alors faire attention :
  • à la disposition du texte et à la ponctuation ;
  • aux changements de pronoms et de déterminants ;
  • à la concordance des temps ;
  • aux modifications dans les indications de lieu, de temps.

Attention : 

– Les consignes sont parfois formulées de manière implicite. Par exemple, il vous est demandé de changer les premiers mots du passage et de faire toutes les modifications nécessaires.

Commencez par repérer quel type de modifications il faudra faire.

Exemple : « Vous remplacerez “Ali” par “Ali et Marcel” en effectuant toutes les modifications nécessaires (France métropolitaine, série collège, juin 2009). »

  • Il n’est pas rare que la consigne demande une double modification (par exemple, changer de temps et de personne).

Exemple : « Réécrivez le passage au plus-que-parfait en passant de la première personne du singulier à la troisième personne du pluriel (France métropolitaine, série collège, juin 2007). »
Dans ce cas, procédez en deux temps sur votre brouillon, pour ne pas tout mélanger.

– Les modifications qui ne sont pas demandées par la consigne et les fautes de copie sont sanctionnées !


Troisième partie :  La dictée

Pendant la dictée, concentrez-vous sur… la dictée ! Ne cherchez plus à revenir sur des questions ou sur l’exercice de réécriture. Obtenir le maximum de points à une dictée requiert toute votre attention et toute votre concentration.
Vous aurez éventuellement le temps, après la dictée, de revenir sur quelques points de votre copie.

  • Écoutez attentivement la première lecture du texte, sans vous demander comment s’écrit tel ou tel mot : il s’agit de saisir le sens du texte dans son ensemble.
  • Lors de la dictée elle-même
  • Suivez bien le rythme de la dictée: ne vous arrêtez pas trop longtemps sur un mot, vous risqueriez de perdre le fil du texte. Un blanc de deux ou trois mots peut très bien se rattraper à la lecture finale. En revanche, si vous commencez à être en décalage avec le professeur qui dicte, c’est tout le reste de la dictée que vous risquez de rater.
  • Écoutez les liaisons, qui peuvent vous aider à repérer la lettre finale d’un mot.
  • Lors de la lecture finale
  • Vérifiez que vous n’avez pas oublié de mot, ni de signe de ponctuation.
  • Vérifiez que quand vous avez effacé un mot ou mis du blanc, vous avez bien réécrit ce que souhaitiez réécrire (parfois, en attendant que ça sèche, on continue à rédiger, puis on oublie d’y revenir…).
  • Enfin, relisez votre copie. C’est un conseil que vous entendez systématiquement, et à juste titre. Mais comment fait-on pour « relire sa copie ? » Que doit-on regarder ?

Procédez par relectures successives (si vous relisez tout en même temps, votre relecture ne sera pas efficace) :

  • Concentrez-vous d’abord sur les erreurs grammaticales, celles qui coûtent le plus de points (alors que ce sont les plus simples à corriger) :
  • les homophones grammaticaux (a/àet/est, etc.) ;
  • les terminaisons en -erou  (infinitif ou participe passé de verbes du premier groupe) ;
  • les accords (dans le GN, entre le sujet et le verbe, les accords du participe passé).
  • Vérifiez la ponctuation:
  • si une parenthèse ou des guillemets ont été ouverts, les avez-vous bien fermés ?
  • avez-vous bien mis la majuscule au début de chaque phrase ?
  • Vérifiez que vous n’avez pas laissé d’erreurs lexicales:
  • doublement des consonnes
  • orthographe des sons vocaliques comme le [é] : pensez à d’autres mots de la même famille ;
  • mots compliqués : essayez de les décomposer.
  • Vérifiez que ce que vous avez écrit est bien lisible: si le correcteur a un doute (sur un accent, un -s à la fin d’un mot…), il sera obligé de vous compter une erreur.